Estoquades de Remy Leboissetier et Y.A. Gil

C’est un petit livre assorti de gravures surréalistes, d’un texte sur le caprice, et d’un long poeme. Il dit par exemple : seul l’artiste est à même de mesurer l’inconséquence de ses actes, puisqu’en lui demeure l’âme d’un irrégulier ». Et irrégulier, Remy Leboissetier l’est depuis longtemps, ce qui est admirable : il  a réussi à résister aux diktats de l’academie normative. Ce n’est pas non plus un aigri du refus d’édition. Peut-être un libéral type américain ? On se prend en charge. On s’auto-édite. On se bat avec ses moignons en les chaussant de gants de boxe comme des poings ultimes. On ne fait pas semblant de s’auto-promouvoir en inventant une petite maison d’édition qui publie les copains.

un avant goût ?

 

Fourmiller d’or virtuose de la spéculation

Le grand Tamanoir de la City Bank

se moque bien du myrmidon des rues

………

Si vous êtes mort tapez 2

Laisser un commentaire