Véronique Champollion rencontre la Femme des petites provinces

Et elle en fait un livret, comme une sorte d’opéra pictural avec son art du réemploi des images, de la surimpression des thèmes, du jeu des transparences où on voit une foule à travers les vitres d’un tram ou d’un métro, puis le paysage urbain depuis la table d’un café, le banc d’une salle des pas-perdus,un couloir de métro. L’artiste et l’écrivain se rencontrent spirituellement et fortuitement dans une petite ville qui pour l’une n’est que le lieu de départ d’une fiction et pour l’autre la source d’un imaginaire qui s’accomplit aujourd’hui. L’expo est à la Médiathèque d’Antibes. Une page

Laisser un commentaire