gigot de la garrigue

23 mai 2010

Prendre un gigot (ou une tranche de gigot épaisse) et en l’incisant plusieurs fois, glisser dans ces fentes les extrémités fleuries d’un thym frais. Les gousses d’ail entières (avec leur peau) seront cuites dans le plat à côté de la pièce. Cette façon de faire parfume délicieusement le gigot (on peut alterner thym et origan ou romarin, ce dernier avec plus de légèreté parce que son parfum est assez soutenu)

à l’orange

23 mai 2010

Lorsque l’on fait un canard à l’orange, on peut conserver un pot de sauce au congélateur. Cette sauce réchauffée réveillera ce qu’un magret peut avoir de banal. Même avec de la purée de pommes de terre, cette association est d’un bel effet gustatif.

Lapin du potager

18 mai 2010

Dans une cocotte en fonte ou en terre, on superpose :

du feuillage cru et entier sans les grosses queues et les larges nervures ( feuilles de blette, de radis, de navet, de courgettes, ensemble ou au choix)

des morceaux de lapin, y compris le foie coupé en deux ou trois

des aromates (hachis de persil, d’oignons, de menthe, de  thym, de sarriette, d’origan, ail, sel, poivre, ensemble ou au choix)

des légumes (carotte, navet, fenouil, artichauts, chou préalablement blanchi ensemble ou au choix)

etc.

On mouille avec un bouillon de poule ou avec du vin, ou les deux, à mi-hauteur.

On laisse cuire doucement. La chair du lapin doit se détacher.

Tarte plate (aux pommes)

18 mai 2010

J’avais congelé un restant de pâte feuilletée réalisée pour legâteau des rois.

Achetant trois pommes différentes (Canada, Golden et une inconnue) afin que les goûts s’associent, je les ai pelées, écartelées recoupant les quartiers en deux ou trois grosses tranches. Dans un poële, mettre du sucre en poudre, du beurre, un peu de sel, une larme de rhum (facultative), chauffer et ajouter les pommes qui doivent doucement confire et caraméliser. Ne pas hésiter à rajouter, beurre, sucre si nécessaire. La pâte étant amincie en un rectangle posé sur un papier sulfurisé déposé sur la plaque du four, on y installe les pommes, puis on refait un peu de caramel dans la poële qu’on verse sur la tarte. Cuire à 180° puis à 210°afin que la pâte s’élève et soit légèrement dorée.

sauté printannier

16 mai 2010

Si vous craquez pour des haricots plats malgré leur prix toujours élevé, prenez-en une poignée que vous coupez en deux ou trois. Faites des lamelles dans la longueur de quelques(s) carotte(s), lamellifiez un oignon blanc et une poignée de champignons de Paris (des germes de soja frais peuvent s’y ajouter) . Faites sauter en les ajoutant au fur et à mesure tous les légumes, soit la carotte, l’oignon, le haricot et le champignon  dans un peu d’huile avec du sel et du poivre. Cuire en ajoutant si nécessaire un peu d’eau. Les légumes doivent rester légèrement croquants, il ne doit pas y avoir de liquide finalement. Le wok ou la poële avec couvercle en verre sont de bons ustensiles. Ils permettent de gérer les périodes à l’étouffée et les périodes assèchantes. Quand vous jugez que tout est cuit comme vous voulez (le germe de soja est ajouté au dernier moment pour une minute de cuisson) , vous pouvez servir ou bien séparer votre préparation :

Une partie sera assaisonnée de nuoc-mam, de pilli-pilli et de sauce de soja, vous la servirez avec du riz. C’est un très bon accompagnement pour une viande dite chop-suey (poulet, porc, bœuf juste en petits morceaux sauté quelques instants.

L’autre partie est servie avec de la crême fraîche, ou des herbes de Provence et un peu de tomate concassée, sur des pâtes fraîches ou des spaghetti.

 

quelques légumes

4 mai 2010

Trois navets, deux jeunes carottes, deux artichauts poivrade, un oignon frais, un petit poireau. On taille les navets en dés, les artichauts en deux puis en tranches fines,  et les autres légumes en biseau. On les fait sauter séparément dans une poêle. Puis les rassemble avec des herbes bien entendu provençales et de l’ail, on les couvre, on surveille en ajoutant de l’eau si nécessaire.

Avec des spaghetti et de la crème !

Véronique Champollion rencontre la Femme des petites provinces

30 mars 2010

Et elle en fait un livret, comme une sorte d’opéra pictural avec son art du réemploi des images, de la surimpression des thèmes, du jeu des transparences où on voit une foule à travers les vitres d’un tram ou d’un métro, puis le paysage urbain depuis la table d’un café, le banc d’une salle des pas-perdus,un couloir de métro. L’artiste et l’écrivain se rencontrent spirituellement et fortuitement dans une petite ville qui pour l’une n’est que le lieu de départ d’une fiction et pour l’autre la source d’un imaginaire qui s’accomplit aujourd’hui. L’expo est à la Médiathèque d’Antibes. Une page

Nems végétariens

30 mars 2010

Il se trouve que j’avais envie de nems, une envie irrépressible mais ni porc ni crevettes ou crabe. Heureusement j’avais une poignée de germes de soja frais de champignons noirs et de vermicelles chinois auxquels j’ai ajouté un peu de carottes rapées, un oeuf, une cébette et du Nuoc Mam, ainsi que de la menthe surgelée. Tout cela m’a permis de rouler mes nems et de les servir avec une feuille de salade et de la sauce Nuoc-Mam + citron + eau + sucre. Eh bien c’était délicieux.

Un petit diner tout simple

24 janvier 2010

Cuire al dente un chou fleur.
Préparer une pâte à beignet.

Déposer deux jaunes d’oeuf dans une casserole avec de la crême fraîche, du sel, du poivre et tourner au fouet jusqu’à épaississement. Ajouter un peu (une ou deux cuillérées à café) de crême de vinaigre balsamique.

Frire les têtes de chou fleur et servir avec la sauce.

Canard à l’orange

28 décembre 2009

Il faut trois belles oranges non traitées. La première sera coupée en fines rondelles, afin d’être glissées par de courtes fentes entre la peau et la chair de canard, sur le dos, enfin où on peut car les cuisses sont courtes, la veille. En même temps, on fourrera le ventre de l’animal avec la fin de l’orange, quelques grains de genièvre, sel et poivre, une cuillérée de Grand Marnier. Cuisson : un four à 160, le palmipède dans un plat à sa taille. Dans une casserole, on chauffe un quart de litre d’eeau et un bon verre de vin avec des zestes entiers d’orange et quelques grains de genièvre. Quand cela bout, on coupe le feu : on en arrosera la canette ( eh oui, c’en était une en fait !)  en la retournant toutes les 20 minutes. Et cela pendant environ 1h30.

On peut réutiliser la casserole en vidant le liquide dans un bol, et en le remplaçant par 100g de sucre semoule qu’on conduit au caramel plus que blond mais pas noir et sur lequel on verse un dl de vinaigre (si on a du vinaigre aromatisé c’est bien) et le jus des deux dernières oranges, ainsi qu’une giclée de Grand Marnier. On ne s’inquiète pas si le caramel fait une boule, en tournant peu à peu il fond.

Le colvert étant cuit, on le sort, on ajoute le jus à la gastrique (vous saviez ça ?) et on laisse reduire pendant qu’on découpe.

Quelques conseils : un canard ne nourrira pas plus de trois personnes car elles voudront qu’on les reserve ; les assiettes seront passées au micro-onde pour les chauffer ; on peut servir avec du riz, ou avec pommes de terre.

12345...7